Hypertélescope à plat – Calern 2016

Nous avons passé une semaine à l’Observatoire de Calern, consacrée à l’installation de la version à plat d’un banc d’essai de l’Hypertelescope.

Il observe une étoile artificielle, sous la forme d’un réflecteur « œil de chat » installé à 1200m à l’Ouest. Il est éclairé par un laser vert situé près du foyer, à l’intérieur de l’édifice de GI2T.

La même paire de miroirs M1, utilisée à la Moutière est installée sur deux plateformes amovibles sur les rails du I2T,  le premier dispositif à 2 télescopes qu’Antoine Labeyrie avait construit au début de ses travaux sur l’interférométrie. Espacés de 18m, les miroirs sont à une distance de 108m à l’est. L’optique focale « Moutière 2015 » a été installé au foyer, avec un diviseur de faisceau pour séparer la lumière émise de celle venant de l’œil de chat.

L’étoile artificielle remplit son rôle, même si une légère contamination se produit dans le foyer où le laser lumineux et la lumière de retour plus faible se croisent. Il est aussi possible de réaliser une étoile artificielle sous la forme d’un laser, qui devrait être radiocommandé. L’étude est en cours.

Le 15 juillet, nous avons obtenu des franges. Compte tenu de la cohérence (30mm) du laser utilisé, des franges parasites peuvent apparaître en raison des réflexions du diviseur optique. Nous avons brièvement masqué un miroir pour vérifier la disparition des franges. Les tavelures (speckles), fluctuant en raison de la turbulence de l’air, proviennent de l’étoile artificielle et par intermittence contiennent des franges, environ 20 par speckle et orientées presque verticalement, tandis que des speckles moins brillants, également visibles, sont causés par des parasites provoqués par le diviseur de faisceau.

Le banc d’essai devrait contribuer à développer les systèmes auxiliaires, y compris l’autoguidage en suspendant la nacelle focale sur une courte longueur de câble.

20160614_103035

L'oculaire frangeur motorisé

Trois caméras, servant respectivement pour le centrage des images stellaire et  pupillaire, ainsi que pour recueillir l’image, spectralement dispersée, destinée à la science doivent maintenant être installées ainsi que l’oculaire frangeur motorisé conçu, pour l'étape à deux faisceaux , par Antoine Labeyrie et construit par Sandra Bosio et Bernard Trégon du Laboratoire Ondes et Matière d’Aquitaine (LOMA) du CNRS à l’Université de Bordeaux.

Le prototype de nacelle « N Faisceaux » sera également testable.

 

La faisabilité de base du concept de l’Hypertelescope a été prouvée l’été dernier sur le site de La Moutière avec la nacelle focale pilotée par ordinateur. Sa stabilité de suivi s’est avérée atteindre la tolérance millimétrique.

Le banc d’essai à l’Observatoire de Calern est apparu intéressant pour la poursuite du développement concernant l’optique, l’électronique et l’informatique et également pour former les futurs observateurs. Cela peut maintenant être fait efficacement avec le banc d’essai et les ressources techniques à Calern.

Il n’est pas certain que nous puissions observer à La Moutière avant octobre prochain compte tenu du temps nécessaire à intégrer tous ces éléments, les tester et pour la réinstallation du câble et du dispositif... à suivre !

Merci à tous pour le soutien et les contributions.

Antoine Labeyrie, Collège de France

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire